logo galerie art, Paris

contact

facebook

google+ linkedin tweeter instagram viadeo pinterest horyou  

Galerie Art' et Miss

14 rue Sainte Anastase

75003 PARIS

+33 (0)1 84 17 59 17

artetmiss14@gmail.com


Sylvie GESBERT DE LÌNEA

Sylbie GESBERT DE LÌNEA , Artiste plasticienne, La Réunion, DOM-TOM

Créatrice plasticienne de culture franco-espagnole Gesbert.S (1965) vit à la Réunion.

« La Transhumance de l’image »

« Transhumance : la quête, dans une autre dimension que la réalité ou le rêve, le sacré peut-être, de formes situées là où elles doivent être, là où l’on s’attend qu’elles soient, intuitivement, dans une certaine clarté. Ce sont alors des images. Elles acquièrent un statut, des lois, un règne. C’est ce que je nomme le silence de l’image. » Gesbert.S, Transhumances (extraits)

« Jeune peintre de renommée grandissante, à pleine maturité et à la technique assurée, qui affirme une vision intuitive faite de silences et de clartés. » Eryx de la Clappe, théoricien de l’art

Sylvie Gesbert de Lìnea - Murmures de Roméo et Juliette dans le tumulte

Son imaginaire est peinture

Enfant, avant même les mots, elle discerne l’éclat de la lumière, l’harmonie rythmique des couleurs et la profondeur de la matière. Au cours d’un été mémorable elle découvre Bosch au Prado et Picasso à Mougins, et sa vision plastique se fonde. C’est le temps de l’apprentissage technique (d’emblée le bleu et l’huile) dans des ateliers d’art (Cannes, Dijon, Madrid). Il s’ensuit une dizaine d’années d’expérimentations : sculpture, vitrail, photographie, installation (vidéo), jeu pictural sur le plein et le vide (vacuus)… Naît une création instinctive et solitaire, emplie de sève et de gaieté, très libre.

" Les œuvres polychromes fragmentées telles que Sevilla disent un tout dans une dimension particulière. Elles rendent visible une intrigue démultipliée en un espace fractal."

Les carnets Transhumances

En 1990 elle inaugure ses carnets sur l’art : « Ce qui importe, ce n’est pas le sujet de la peinture, c’est que la peinture soit sujet, sujet d’elle-même, de ses espaces, de ses formes, de ses couleurs, de ses matières, de ses propres ouvertures et submersions. »

Elle peint simultanément des œuvres polychromes ou en bleu, instituant deux mondes intuitifs.

Première exposition personnelle : Galerie Riviera, Cannes, 1992. D’autres suivent en France et en Europe. La rencontre décisive avec la Galerie Dexa (Paris) lui ouvre l’Amérique et l’Asie. Une esthétique s’affirme, celle d’un art de l’apogée de l’image conçu comme état optimal de stabilité de la figure dans un jeu de forces picturales. Vitalité et fascination de l’image (Li Fu, critique d’art).

 

 

La voie du Gesbert’S blue

En 1997 elle s’établit à la Réunion. Son monde s’étaye en bleu. Il fait advenir une image plus magique que visuelle. La création éclate en œuvres fragmentées, fresques sur toile et œuvres hybrides (Angel trip, Serial pictures…).

Le théoricien de l’art Eryx de la Clappe crée un catalogue raisonné, écrit un essai publié dans la monographie Et pourtant en bleu je dessine (Océan Editions, déc. 2003), et mène sur plusieurs années des entretiens.

« La peinture est défrichement de formes, de beautés picturales. C’est une aventure inépuisable pour mettre à jour les désirs et les frayeurs, pour les éclairer. »

Extraits des carnets Transhumances de Gesbert.S

« Mes influences ? L’enfance assurément, et tout ce qui la nourrit à l’infini, maintenant encore. La création est instinctive et solitaire, emplie de sève et de gaieté, très libre. C’est un rapport au sacré comme au premier jour de l’art rupestre. La toile est ainsi ma paroi. »

« Je crois que l’œuvre situe le peintre. J’aime la peinture qui parle d’elle-même, qui arpente les rêves en créant des formes. Elles viennent de loin, du fond de soi, elles sont itinérantes, nomades, rétives aux mots, et elles nous constituent ici et là en prenant corps dans la matière, la couleur, la lumière. Peindre c’est affirmer la langue du silence des formes. Et cela devient une image. »

« J’ai compris, au contact de la peinture de Bosch, qu’une question était essentielle : comment être humain selon les espaces ? Chez Grünewald, la distorsion des membres du Christ apporte un élément à l’édifice infini de la réponse. Chez El Greco, l’élongation hallucinée. Chez Fra Angelico, la grâce. A chacun sa vision. La mienne : affirmer le silence des formes. Enfant j’aimais la géométrie. Les formes simples et pures. Cette invention grecque d’un espace abstrait me fascine. C’est un fait spatial, et non historique. En effet, il s’agit de faire du même, toujours. Tout est pareil au premier jour : tracer un cercle, une ligne droite, un triangle, c’est reproduire des gestes immuables selon des lois inchangées. Le temps passe, il ne s’écoule pas. Or je vis dans un espace des formes qui subordonne le temps. C’est un choix délibéré. C’est ce silence des formes que je poursuis, peut-être pour créer ma propre vision mythique de l’espace. »

« Un tableau se suffit à lui-même. Je n’éprouve jamais la nécessité de l’interpréter, puisqu’il est déjà défini. C’est une énigme. Monumentale ou miniature, peu importe. »

« Je me suis toujours étonnée de la force perpétuelle de l’image. A quoi est-ce dû ? Si elle est pensée la peinture n’est ni fenêtre ni écriture, ou pas seulement. Elle est autre chose. Elle circule dans une autre dimension. Elle sépare, éloigne ou rapproche, réduit ou prolonge, pour extraire l’essentiel. C’est une décantation. »

« L’art exalte les sens aussi bien que l’esprit, mais il doit rester intuitif. »

« J’ai plaisir à créer une image. Je la ressens en moi invisible et chaotique. Je sens sa vitalité. Le pigment la prolonge au dehors. Comment ? Je ne sais. Peindre est une énigme que j’accepte comme une vérité. Cela me procure une formidable joie. Et cela suffit. »

Principales expositions 

En France :

    • Galerie Riviera, Cannes
    • Galerie Racine, Nice
    • L’ocre pariétal, Galerie Art Présent, Paris
    • L’image incendiée, Galerie de l'Acanthe, Aix-en-Provence
    • Galerie « La Charmerie », Saint-Denis, Reunion Island
    • Hôtel de Région, Saint-Denis, Reunion Island
    • Aubes lointaines, Galerie Chardon & Petits-Fils, Paris

A l’étranger :

    • A contemporary Vision of European Works, Soho, New York, U.S.A.
    • On the way 20-21, Century Center De Keyserlei 58/60, Antwerpen, Belgium
    • Galerie Sui Loung, Arts Centre (Galerie Dexa, Paris), Hong Kong
    • Los Angeles Convention Center, Art Fair, (Galerie Dexa, Paris), Los Angeles, U.S.A.
    • Jacob K. Javits Convention Center, Art Fair, (Galerie Dexa, Paris), New York, U.S.A.
    • Art98 Vancouver international Fair (Galerie Dexa, Paris), Vancouver, Canada
    • La Galerie Internationale, (Galerie Dexa, Paris), San Francisco, U.S.A.
    • Each painting is both figurative and abstract, O.R. Gallery, Grand-Baie, Mauritius
    • Blue Light, Virtual Shadow Gallery, Victoria, Seychelles
    • Don Quijote de viento y luz, Jam’s Galeria, Madrid, Spain
    • Pavillon Haus Burgund & Rathaus der Stadt Mainz, Mainz, Germany
    • Galerie Classic- Art- House, Bruxelles, Belgique

Rétrospectives :

    • Rétrospective D’eau, de terre et de feu, Reunion Island
    • Rétrospective De Néron à Safo, Château de la Verrerie, Bourgogne, France
    • Nombreux prix en France et à l’étranger
    • Œuvres présentes dans collections privées & institutions
    • Peintre Biocoté par Luc-Elysée SERRAF Expert Judiciaire (Oeuvres d'Arts)

Cour d'appel d'Aix-en-Provence Membre agréé CNEDIES


MEDIAS : Principales références

Presse écrite depuis 2003 :

        • Sabine Le Bras, Toute de bleus et de couleurs…, Le Quotidien Madame (11/12/2003)
        • Vincent Pion, Une monographie pour Sylvie Gesbert, Le Quotidien (21/05/2004)
        • Chronique : La Réunion : volupté de l’image, S. Gesbert, LQM (05/10/2004)
        • M. Soost, Sylvie Gesbert „Aubes lointaines am Rhein“, Haus Burgund Mainz Magazin, (2005)
        • Kathrin Klöpfer, La Réunion, Burgund und Mainz, Mainzer Allgemeine Zeitung (15/01/2005)
        • Julia Drevermann, Inspiriert vom lichtumfluteten Ort, Mainzer Rhein-Zeitung  (22/01/2005)

 

Audiovisuel depuis 2000 :

  • RFO Réunion TV, journaux télévisés du 06 janvier 2000, reportage et interview
  • RFO Réunion TV, journaux télévisés du 06 mars 2000, reportage
  • RFO SAT TV5, journal télévisé du 07 mars 2000, reportage Michelle Ozou
  • TVE Journal télévisé national d’Espagne du 15 mars 2004, 20h00, A. Castro (Reportage)
  • RFO, Emission radiophonique Garde à vue, 26/11/2004, 17h-18h, entretien avec C. Bonardel
  • RFO Réunion TV, journal télévisé 20h du 18 mai 2005, reportage et interview
  • France 2, reportage sur la Galerie Chardon & Petits-fils, 4/10/2005, journal de 13h d’Elise Lucet

 

Bibliographie :

  • Aubes lointaines, Faraway Dawns, entretiens avec Eryx de la Clappe, catalogue d’expositions (Madrid - La Réunion - Mainz - Paris), Galerie Chardon & Petits-Fils, Paris 2005
  • Monographie : S. Gesbert : Et pourtant en bleu je dessine, Océan Editions, décembre 2003 - Eryx de la Clappe, théoricien de l’art .une vision de l’apogée de l’image (essai) - En vente en librairie ·for sale in bookshop 37€. Lauréat Région Afrique – Océan Indien

 

Vente en ligne

 

 

 

 



 

 

 

 

 

© 2003 / 2015 Gallery Art Paris - Galerie Art' et Miss